Les petits points de Virginie
Reflexologie, shiatsu et kinésiologie à Ambérieu en Bugey
Les petits points de Virginie
Reflexologie, shiatsu et kinésiologie à Ambérieu en Bugey

Enfants
Comment aider les enfants à affronter une séparation ou un divorce ! par Virginie Dubus

Ce peut être difficile pour eux. Les enfants peuvent vivre plusieurs phases et revirements d’émotions. Ils peuvent se sentir tristes, confus, coupables ou inquiets de ce qui leur arrivera. La façon dont vous abordez les changements aura beaucoup d’importance sur leur bien-être.

Que dire à nos enfants ?

  • Prévoyez comment annoncer la nouvelle à votre enfant. Si c’est possible, il est préférable de le faire ensemble . Choisissez le lieu et le moment pour en parler. Soyez honnête, mais tenez compte de l’âge de votre enfant lorsque vous décidez ce que vous lui dévoilerez. Les enfants plus jeunes ont besoin d’information moins détaillée.
  • Rassurez votre enfant en lui disant que vous l’aimez toujours et que vous continuerez tous les deux à vous occuper de lui.
  • Établissez très clairement que votre enfant n’est pas responsable de la séparation. Les jeunes enfants, en particulier, craignent d’être responsables de la séparation ou du divorce. Expliquez-lui que c’est un problème d’adultes et qu’il n’aurait rien pu faire pour l’éviter.
  • Encouragez votre enfant à parler ouvertement de ses sentiments. Lorsque votre enfant parle, écoutez-le attentivement et tâchez de ne pas l’interrompre. Il est normal qu’il éprouve de la difficulté à exprimer ses sentiments, alors soyez patient. Ce peut être difficile, mais il est important de le laisser exprimer ses peurs et ses inquiétudes en toute honnêteté.
  • Si votre enfant se sent gêné de se confier à vous, aidez-le à trouver une personne en qui il a confiance, comme un autre membre de la famille, un médecin, un psychologue ou un thérapeute !

Alors comment rattraper les dérapages quand on n’a pas maîtrisé ses paroles face à ses enfants ? « Les parents ont le droit d’être en colère, mais pas de rabaisser l’autre ».

« Neuf fois sur dix, si nous divorçons, c’est pour préserver notre estime de soi, mais aussi, paradoxalement, pour éviter que l’image de l’autre qui s’est dégradée à nos yeux ne soit altérée dans le regard de l’enfant. » Tout le travail consiste ensuite à garder cette image en l’état, mais également, et surtout, à essayer de porter les enfants, sans les prendre à témoin de notre propre détresse avec des propos démoralisants sur la précarité des sentiments et de la vie en général. Il s’agit de leur donner une vision plus sécurisante de l’existence, avec des parents qui les libèrent de toute implication et de toute culpabilité dans leur rupture.

Trop en dire en croyant bien faire , entraîne, selon la philosophe Nicole Prieur, des conséquences désastreuses : « Les enfants deviennent anxieux, ils se rendent compte que leurs parents sont fragiles, qu’ils peuvent être soumis aux aléas de la vie, et ces derniers perdent à leurs yeux leur fonction protectrice et rassurante. » Plutôt que de leur faire partager involontairement nos inquiétudes, il faut bien cloisonner les sujets et formaliser soigneusement tout ce qui a trait au bien-être et à la sécurité. « Nous devons parler aux enfants de “ce qui les regarde”. Il s’agit juste de s’entendre sur “ce qui les regarde” »


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.